Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

Constat et présentation

 

 

Présentation action

 « agir emploi » de valorisation du bénévolat.

Constat :

            Environ 20 % des demandeurs d’emploi déclarent faire du bénévolat. Une étude du Crédoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) datant de novembre 2006 montre que 37 % des chômeurs adhèrent au moins à une association.

              Lors d’une étude, menée par Solidarités nouvelles face au chômage (SNC) et France Bénévolat ont engagé une étude, les demandeurs d’emploi ont raconté leur vie au chômage, faite d’inquiétudes, du manque d’argent, d’une sensation de malaise. La souffrance au manque d’activité salariée résulte principalement de la dislocation, plus ou moins sévère, des liens sociaux, et de la solitude qui étreint les demandeurs d’emploi. Ceux-ci ont expliqué les activités qu’ils ont recherchées et mises en place pour résister aux effets du chômage. Ce constat initial a conduit à prendre en considération la globalité de la vie des personnes au chômage et à ne pas traiter uniquement du bénévolat en tant que moyen spécifique favorisant le retour à l’emploi.

La majorité des demandeurs d’emploi bénévoles exerce cette activité pendant au moins deux heures par semaine ; près de la moitié œuvre dans le domaine social et humanitaire.

Trois motivations principales sont exprimées par les personnes qui font du bénévolat : la recherche d’un mieux-être, le désir d’être utile et de nouer des relations et l’aide à la recherche d’emploi .

Les demandeurs d’emploi qui font du bénévolat paraissent plus actifs que les autres, sur un plan culturel, familial et professionnel (davantage de missions et/ou de CDD).

Le bénévolat permettrait de mieux faire face à l’isolement : davantage de relations sociales, moins de solitude, moins de difficultés relationnelles, le sentiment de se sentir utile.

              C’est très souvent une démarche pour « faire face à la situation créée par le chômage » et leur permettre de vivre tout en poursuivant leur recherche d’emploi. Le bénévolat permet de demeurer actif et ouvert sur le monde, avec le souci de l’autre, dans un échange réciproque, avec un projet et le maintien d’une relation avec les autres. Mais pour s’engager dans un bénévolat, il faut avoir conservé un regard positif sur les autres et sur la société, et être prêt à s’agréger à un collectif. À ces conditions, le bénévolat contribuera à éloigner autant qu’il est possible les effets destructurants résultant de la vie au chômage.

Dans un deuxième cas, le bénévolat est abordé en tant qu’« expérience pratique ouvrant sur une activité professionnelle ». Des personnes, portées par leur projet professionnel, s’investissent dans un bénévolat qui aura une fonction de stage pratique et/ou de préformation ; elles s’éprouvent en situation concrète. Cette expérience fera office de passerelle vers un emploi ou vers l’admission dans un cycle de formation professionnelle.

Il apparaît que les motivations premières des demandeurs d’emploi qui veulent faire du bénévolat sont la recherche d’un lien social et le désir d’être utile à la société. Le bénévolat permet de retrouver le plaisir d’entreprendre, de prendre part à des réflexions et à des actions, d’intégrer un collectif, de partager des discussions.

D’autres effets bénéfiques sont repérables, puisque le bénévolat contribue à l’installation de repères temporels, au déconditionnement autant que faire se peut de la vie au chômage et, sous certaines conditions, il a une fonction de préformation ou d’expériences pratiques.

Les demandeurs d’emploi qui poursuivent leur bénévolat sont, a priori, dans une meilleure posture pour faire face au chômage puisqu’ils maintiennent leurs centres d’intérêt. La continuité du bénévolat représente un rempart qui protège du vide résultant de l’absence de l’activité professionnelle. Des demandeurs d’emploi décident de s’engager dans un bénévolat pour mieux faire face au chômage, et l’investissement bénévole, Il faut procéder à des remaniements dans l’organisation de sa vie comme lors d’une reprise d’activité.

                 Dans tous les cas, le bénévolat ne dynamise pas, à lui seul, la recherche d’emploi, pas plus qu’il n’a d’effets, à lui seul, sur le retour à l’emploi, même si le bénévolat à d’indéniables effets positifs et s’il représente un véritable appui pour les personnes.

Pour un employeur, les diverses expériences exercées à côté de la vie professionnelle témoignent de la richesse et de l’ouverture d’une personne vers les autres. Le bénévolat ou les activités sociétales (extra professionnelles) jouent alors un rôle lors du recrutement. Le bénévolat peut fournir à un employeur des indications sur la manière d’être, témoigner du souci de l’autre ou de l’intérêt général et/ou montrer une diversité d’expériences.

Cela permet au « bénévole demandeur d’emploi volontaire » de choisir un type de bénévolat construit pour lui permettre d’acquérir une plus-value facilitant sa recherche d’emploi.

Le bénévolat peut jouer un rôle de préformation et de premières expériences professionnelles. Il va contribuer à la découverte de compétences ou à révéler un intérêt pour une profession. Il peut être un élément d’un projet professionnel.

              C’est par la lecture de ce rapport, l’expérience du territoire, de l’accompagnement de demandeurs d’emploi et les relations partenariales avec des entreprises du territoire de Mitry-Mory que l’AIP a décidée de développer l’action « Agir emploi » de valorisation du bénévolat. De ce travail nous pouvons aujourd’hui mieux mettre en lumière pour les employeurs des compétences acquises par des demandeurs d’emploi en suivi dans la structure mais aussi apporter un éclairage sur la réalisation d’un projet professionnel.

                  La prise en compte globale du parcours des personnes, en incluant les activités extra professionnelles, permet de mieux les connaître et offre une possibilité de dégager des perspectives professionnelles. Mais le bénévolat relève du domaine privé et ne peut, en conséquence, être sollicité d’une manière institutionnelle nous informons de la possibilité de réalisation d’actions de bénévolat dans différents domaines et nous créons une relation entre un établissement et la personne si la personne le désire et que cela s’inscrit positivement dans la réalisation d’un projet professionnel.

Ce travail est développé et mise en pratique avec l’association Una’Dom, le SAAD de Villeparisis, L’EPHAD de Mitry-Mory et l’association Equinoxe.

 

Sources: Crédoc et SNC.